Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par

On a évoqué sur ce blog l’antiquité grecque et son institution de la pédérastie. Dans la Rome antique, cette pratique « éducative » disparaît. Les femmes s’occupent dorénavant de l’éducation des enfants, et la sodomie est désormais appelée le « vice grec » (c’est toujours le vice des autres. A la fin du XIXe siècle, en France, on parle du « vice allemand » ou du « vice anglais !). En fait, à l’époque, seules les relations sexuelles entre hommes libres sont prohibées, ce qui ne signifie pas un rejet total de l’homosexualité. En effet, esclaves et prostitués étant soumis à la domination des hommes libres (tout comme les femmes), ils sont sexuellement corvéables (tout comme les femmes). Pour Sénèque, philosophe et homme d’État romain du 1er siècle de notre ère, « la passivité sexuelle est un crime pour l’homme libre, une obligation pour l’esclave et un service pour l’affranchi ». Dans une société viriliste, l’homme libre et dominant soumet sexuellement le reste de la population, quel que soit son genre. D’une certaine manière, cela n’a pas absolument changé de nos jours. Les hommes continuent d’avoir un certain pouvoir sur le corps des femmes, et sur celui des pauvres…
Chez les romains, la règle concernant la prohibition de la passivité entre hommes libres n’est pas absolue. Des hommes libres s’amourachent parfois d’alter égos, mais c’était relativement mal vu, tout comme ça l’était dans la Grèce antique entre adultes mâles.
Et les femmes ? Le lesbianisme est à l’époque sévèrement puni, autant que l’adultère…
Avec l’Empire, la prohibition des premiers temps vole en éclat. Homosexualité masculine et bisexualité deviennent quasiment la norme dans toutes les classes de la société, sous l’impulsion des empereurs eux-mêmes. César, Tibère, Caligula, Néron s’en donnent à cœur joie, Néron faisant même castrer un de ses esclaves pour en faire « sa femme ». Joyeux !
Mais patatras, dès le milieu du IVe siècle, tout bascule. Sous l’impulsion notamment des Empereurs Constantin et Constant, l’homosexualité est dorénavant réprimée, la castration des homosexuels passifs est même prévue par la loi ! Théodose, lui, leur promet le bûcher, tandis que Justinien au Vie siècle punira de mort tous les gays sans exception. Il faut dire, que dès la fin du IVe siècle, le christianisme est devenu religion officielle…
A suivre.
G.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article